Si on prenait le temps de déconnecter ?

480 380 Le monde selon Alphonse


SI ON PRENAIT LE TEMPS DE DÉCONNECTER ?

Ce matin, j’ai oublié mon téléphone portable. “Il n’y a pas mort d’homme”, me direz-vous. Je sais, mais j’ai paniqué. Comme ces 41 % de français qui confessent consulter leur portable la nuit, j’ai découvert que j’étais nomophobe.

C’est grave docteur ?

La nomophobie, c’est tout simplement la peur de rater quelque chose. Un SMS important, un mail urgent, une grande nouvelle sur Facebook… En fait, rien de vital. Et si vous pensez que cela ne touche que les p’tits jeunes, détrompez-vous : les plus connectés sont les 25-49 ans avec 2h12 passées sur les Internets chaque jour. Alors, tous concernés ?


Déconnecter : oui mais comment ?

La solution rapide : le filtre noir & blanc

La couleur, c’est plus sexy que le noir & blanc. Ce n’est pas moi qui le dis, mais Tristan Harris, un ancien de chez Google qui dénonce aujourd’hui notre addiction à ces petits objets bourrés d’applications acidulées. Faites le test par vous-même, le résultat est surprenant : cliquez ici pour savoir comment passer votre téléphone en mode noir & blanc.

→ Le bonus : la batterie de votre téléphone tiendra plus longtemps.

La solution radicale : le mini coffre-fort

C’est bête comme chou mais ça fonctionne ! Il est est plus facile de se passer de quelque chose quand on sait que l’on n’y a pas droit… et quand on ne le voit pas ! Alors pour tous ceux qui ont la volonté d’un enfant dans un magasin de jouets face à leur téléphone, il n’y a qu’une solution : l’enfermer dans une belle boîte. Vous choisissez le temps de verrouillage et le tour est joué. Comptez une soixantaine d’euros, tout de même.
→ L’astuce : demandez à tous vos convives de se prêter au jeu avant le déjeuner dominical, le résultat est très amusant !

La solution Carpe Diem : Woodstock en 2018

Quoi de mieux pour déconnecter qu’un séjour en plein désert, sans réseau ? Le Festival Burning Man sera pour vous une véritable catharsis. Au programme : de la musique transcendante, des costumes délurés, des rencontres à la pelle et des sculptures géantes qui brûlent sous vos yeux. Ah, on nous dit dans l’oreillette que l’édition africaine (AfrikaBurn) se déroule en ce moment-même !
→ Le chiffre à retenir : chaque année, 70 000 personnes participent à Burning Man au Nevada (la plus grosse édition du festival dans le monde).

Le saviez-vous : A Honolulu, les passants qui traversent les yeux rivés sur leur téléphone doivent payer une amende de 35 dollars. Bientôt en France ?

Nouveau lecteur ?

Laissez-nous votre email pour recevoir la prochaine newsletter dans votre boîte mail.

Si vous nous lisez déjà...

Aidez-nous à faire grandir cette belle communauté en en parlant autour de vous !

Nos lecteurs parlent de nous

Découvrez nos derniers articles