Il n’y a pas d’âge pour tout envoyer valser

1588 1254 Le monde selon Alphonse

On parle souvent de la crise d’adolescence, quand le premier poil nous pousse sur le menton, ou de la crise de la trentaine, l’heure du premier cheveu blanc sur le caillou. Vient ensuite la crise de la cinquantaine, quand on ose enfin dire “merde” – merde à son patron, à son Jules depuis 30 ans qui nous insupporte. Mais alors, pourquoi ne parle-t-on jamais de la crise de la vingt-cinquaine ?


Qu’est-ce qui peut bien clocher à 25 ans ?

Un teint aussi frais que la rosée du matin, une carrière toute tracée… Eh bien figurez-vous qu’il est là le problème. Pour deux tiers des 25-33 ans, tout est trop plat, trop lisse, trop formaté.

Attendue comme le Messie après des études à rallonge, l’arrivée sur le marché du travail est bercée d’illusions. 5 ans de gratte-papiers pour finir par travailler 45h/semaine, les fesses vissées derrière un bureau, le nez collé à l’écran, sans jamais déconnecter : aussi épanouissant qu’un caillou dans une chaussure.


Une jeunesse abattue ?

Que nenni, la crise de la vingt-cinquaine c’est surtout l’occasion de revoir ses priorités et de trouver du sens à sa vie. Si le modèle “Bac+5 & CDI” a du plomb dans l’aile, pourquoi ne pas imaginer de nouvelles perspectives ? Certains optent ainsi pour un retour aux métiers manuels, d’autres préfèrent carrément créer de nouveaux métiers.


Pourquoi je vous parle de ça ?

Il y a un an jour pour jour, j’ai plaqué mon CDI dans un grand groupe pour lancer un nouveau projet ô combien plus stimulant. Vous savez fort bien de quoi il s’agit puisque vous l’avez sous les yeux : Le monde selon Alphonse. Et devinez quoi… Je prends un plaisir fou à partager avec vous chaque semaine mes petites découvertes et mes bons plans !

En tous cas, j’espère que cet article vous aidera à comprendre ce qui se passe peut-être dans la tête de votre petite progéniture – et si vous voulez l’aider, voici un chouette bouquin à lui offrir ! 🎁

Nos lecteurs parlent de nous

« Un style et des idées qui donnent vraiment envie. J'en ai profité pour faire suivre à mes petites filles ! »
Martine, - 79 ans
« Je lis toujours les articles en entier, ce qui n'est jamais mon cas d'habitude ! Ça ne me dérangerait pas d'en recevoir plus souvent. »
Sylvie, - 66 ans
« Magnifique projet qui me conforte dans l'idée qu'il y a dans la jeunesse d'aujourd'hui un trésor de ressources, de l'enthousiasme et de l'intelligence. »
Gilles, - 72 ans

Alors, vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à me laisser votre email avant de partir pour que je puisse vous envoyer en avant-première mes prochaines missives 🙂

à lire et à re-lire...

Découvrez nos derniers articles